La fin de l'ère corporative. Le XIXe siècle

Les sons caractéristiques d'un atelier d'Eibar du XIXe siècle occupent cet espace, dont le rôle principal est joué par les machines de Zamacola. Ici, il est expliqué l'importance des ateliers, véritable essence de l'industrie d'Eibar et de sa particulière organisation d'entreprise.

Les débuts industriels et les premières entreprises occupent les vitrines de cette salle, en nous expliquant la naissance de l'initiative privée à partir de l'expérience cumulée dans le travail pour les Fabriques Royales d'Armes. Depuis l'atelier des Ibarzabla jusqu'à la grande usine des Orbea, les plus grandes entreprises du siècle ont ici leur place. Revolvers, carabines et un objet singulier, la canne-fusil, montrent la puissance des armuriers d'Eibar, sans oublier d'autres activités telles que la fonte, ou la fabrication de machines, etc.

Le damasquinage, utilisé dans la décoration des armes, mais également en tant que travail artistique Indépendant, fut une autre activité dans notre ville, où le travail est un art. Placido Zuloaga est représenté ici à travers son œuvre et ses croquis. Le nouveaux processus productifs mettent en valeur l'importance de l'énergie hydraulique qui permet d'introduire l'usinage dans les ateliers d'Eibar. Des activités coûteuses comme le polissage peuvent désormais être réalisés plus facilement, la spécialisation dans certains métiers traditionnels apparaissent comme celui du polisseur ou akabatzaile.

Au XIXe siècle Eibar devient une ville. L'arrivée du chemin de fer et de l'énergie électrique, tous deux favorisés par des entrepreneurs d'Eibar, permettent à ce siècle de s'achever avec une ville transformée s'ouvrant sur le XXe siècle.