Vie, Commerce et Société.

Le second cadre nous rapproche de l'importance qu'eurent certaines facteurs externes à l'industrie des armes dans le développement de cette dernière pendant l'Âge Moderne. Ici, le visiteur est transporté dans la Séville du XVIe siècle, où l'attend un grand commerçant d'Eibar, Martin Lopez de Isasi, dans son bureau de la ville.

Lopez de Isasi introduira le visiteur dans l'importance du commerce d'Eibar avec l'Andalousie, avec l'outre-mer et avec le nord de l'Europe ; l'influence des femmes dans la société et dans l'industrie de la localité des armes ; et, bien sûr, l'aide inestimable des lignages d'Eibar dans l'essor des manufactures.

Il nous approchera également à l'autre industrie, celle qui demeura au second plan devant l'importance de l'armurerie mais qui eut également une nette importance dans l'histoire d'Eibar au cours du XVIIIe siècle. Le peu de travail dans les Fabriques Royales d'Armes de Placencia obligea les maîtres armuriers d'Eibar à avoir recours à d'autres travaux comme la fabrication de clouage et de vases pour transporter le mercure en Amérique. Des croix métalliques serties furent également fabriquées. Elles étaient destinées à la décoration des uniformes militaires. Ce travail qui fut encouragé par l'habitant d'Eibar d'origine flamande, José de Lamot, qui deviendra comptable des Fabriques Royales d'Armes de Placencia. Tout ceci comme exemple de lutte contre les crises et de l'adaptation aux changements qui a caractérisé la société et l'économie d'Eibar.